Non, le Coca-Cola n’est pas né en Amérique

coca-cola-vintage

Le Coca-Cola, comme beaucoup de choses que l’on aime détester, est associé aux Etats-Unis, dont il presque devenu le symbole.

Pourtant, tout commence à Paris, dans une pharmacie tenue par un Corse, M. Mariani, car à l’instar du Schweppes, la boisson n’était pas destinée à être consommée dans un contexte de joie entre amis. D’ailleurs, tu n’auras pas manqué de remarquer que dans toutes les pubs, chacun boit SON Coca à lui, parce qu’il ne faudrait pas non plus partager ses bactéries.

Mais bref. Il s’agissait à l’origine d’une boisson énergétique plutôt puissante : ce « vin à la coca » contenait l’équivalent d’un quart de gramme de cocaïne par demi-litre  (donc toi Redbull, tu peux aller te rhabiller). La recette fait un véritable carton et tout le gratin Européen s’énergétise au vin de Coca, du Tsar à la reine Victoria en passant par Rodin et le Pape Léon XIII.

La légende voudra que le créateur du Coca Cola s’inspira de cette recette : à la recherche d’une boisson qui lui permettrait de se défaire de son addiction à la morphine suite à ses blessures durant la guerre de sécession, le pharmacien John Pemberton met au point le « French Wine of Coca ». Mais suite à une interdiction de l’alcool dans le conté d’Atlanta, il remplace le vin par du sirop. Puis, un jour, il mélangea par erreur sa préparation avec de l’eau de Seltz…le Coca gazeux était né ! Le Cola, qui s’est greffé peu après, provient de la noix de Cola, utilisée à l’époque pour ses qualités énergisantes.

Si la recette originale de Pemberton est aujourd’hui dans le domaine public, la recette actuelle est l’objet d’un secret quasi-militaire : la légende voudrait qu’elle soit conservée dans un coffre-fort à Atlanta et que seules quelques personnes la connaissent..

Prends soi de toi,
LCS

Source 1

Source 2

Source 3

, Laisse un commentaire

Cultive également ton style avec notre ami Tostadora.fr