Rocco Siffredi : vous saurez tout sur son zizi

rocco-siffredi

Salut, c’est Alfred. Aujourd’hui, je te propose de faire la lumière sur celui qui nous inspire au quotidien à la rédaction : Rocco Siffredi.

Rocco s’est fait une place de choix dans la culture populaire : entre son sens de l’auto-dérision, sa longévité (plus de 30 ans de métier) et la taille légendaire de son outil de travail, son nom revient systématiquement quand on évoque « acteur porno » (j’ai fait le test au travail). Il est devenu également synonyme de « grosse bite ». Du coup, j’ai eu envie de creuser un peu la question, parce que fan ou pas de porno, le personnage mérite de s’y attarder quelques instants.

– de son vrai nom Rocco Tano, il a emprunté son pseudo au personnage Roch Siffredi, interprété par Alain Delon dans le film culte Borsalino en 1970.

– son zizi mesure, selon les interviews, entre 23 et 25 cm. Ce qui est plus qu’honorable mais loin des 30-35 cm dont on te parlait au collège.

– il a commencé dans le porno à Paris, l’âge de 19 ans.

– il est atteint de priapisme, une maladie assez gênante (mais assez pratique dans son boulot) dans le sens où le pénis ne retrouve pas sa taille ni sa consistance originale, plus de 4 heures après l’érection. Le priapisme vient du dieu Priape, dont on avait déjà parlé. 

– ce priapisme lui ferait un point commun de taille avec un autre Italien bien connu : Silvio Berlusconi. Lors des scandales sexuels qui ont éclaboussé le Cavaliere, Rocco a pris sa défense, précisant que c’est une vraie addiction. Il a aussi précisé en rigolant que Berlusconi avait eu plus de partenaires que lui.

– en parlant de nombre de partenaires, il estime en avoir eu environ 3 000 durant sa carrière. Ce qui le place au même niveau que Ron Jeremy avec ses 4 000 partenaires, mais bien loin des personnes de cette liste (on fait de ces découvertes en chinant sur les internets)

– il est marié depuis 1991, et a déclaré qu’il serait incapable de faire avec sa femme ce qu’il fait sur les plateaux de tournages, car bien trop hard (et trop fatiguant). Il s’est quand même installé avec elle à Budapest, la capitale Européenne du porno.

Sur ce, je retourne faire d’autres recherches pour toi,

Des bisous, 
Alfred

Source 1
Source 2 
Source 3 

, Laisse un commentaire

Cultive également ton style avec notre ami Tostadora.fr

Dans le même goût :

  • Pourquoi « se faire fourrer » n’est pas si vulgaire9 mars 2016 Pourquoi « se faire fourrer » n’est pas si vulgaire Salut c'est Alfred. Tu en as marre des anecdotes inutiles de mes amis rédacteurs ? Eh bien tant mieux, parce que les miennes, en plus d'être […]
  • Pourquoi la branlette « espagnole »1 septembre 2016 Pourquoi la branlette « espagnole » Maintenant que j’ai eu ton attention, il est temps de parler des vraies choses de la vie. Comme des boobs. Comme de la branlette espagnole. Une […]
  • Une rapide histoire du godemichet24 juillet 2015 Une rapide histoire du godemichet Salut c’est Alfred. Tu t’es déjà demandé pourquoi un godemichet portait ce nom, et pourquoi on l’appelait Dildo dans les autres langues […]
  • Tu la sens, ma grosse data ?10 juillet 2015 Tu la sens, ma grosse data ? Parlons peu, parlons bien. Je n’ai pas que ça à faire. Toi, vieux briscard des internets, jeune fougueux augmenté, la data c’est ta came. Les bits […]
  • Tu peux dire « bonnasse » sans être vulgaire.20 avril 2015 Tu peux dire « bonnasse » sans être vulgaire. Les termes en "asse" ou "ace" annoncent souvent une couleur peu reluisante : dégueulasse, salace, connasse, grognasse, bonnasse. Pourtant, […]