Les karatékas n’ont jamais porté de kimono.

kimono-header-toaster

Pas plus que les judokas, d’ailleurs. Sais-tu que tu mets en jeu ton intégrité physique lorsque tu décris leur tenue ainsi ?

En fait, tous les pratiquants d’arts martiaux japonais portent ce qu’on appelle un keikogi, soit « vêtement d’entraînement », « keiko » se référant à une pratique, « gi » voulant simplement dire vêtement. On peut abréger en « dogi » (rien à voir avec ce que tu penses) -soit « vêtement de la voie », puisque pratiquer un art martial, c’est toujours suivre un chemin de vie-, voire même simplement en « gi ». Dès lors, tu parleras de judogi pour le judo, de karategi pour le karate, etc.

karategi

Le légendaire Masatatsu Oyama dans son karategi de gala

Quid du kimono alors ? En fait, ce terme désignait à l’origine tous les vêtements, avant l’introduction du style occidental. Désormais, il est employé pour qualifier la robe traditionnelle, que l’on porte lors d’occasions rituelles.

kimono

Mawaté,

NXF.

, 4 Commentaires

Cultive également ton style avec notre ami Tostadora.fr