Et si on montait un camping de type aryen ?

art-nazi-camp-aryen

Une aventure d’Elisabeth Nietzsche et son conjoint au Paraguay. Un article comme un hommage au point Godwin.

Comme le disait le philosophe allemand Friedrich Nietzsche : « On ne choisit pas sa famille . Tenez, regardez ma sœur par exemple… ».

Nul besoin d’attiser ici la flamme des relations complexes que cet aficionado de Maxime Le Forestier entretenait avec sa sœur. Les universitaires font cela très bien. Cependant, force est de reconnaître que l’animosité (passagère) de Friedrich avait quelques fondements.

Cette sœur « aimante et soucieuse de préserver la mémoire de son frère » comme nous l’indique Wikipédia, se lie par les liens sacrés de l’antisémitisme à Bernhard Förster, un agitateur d’extrême droite en 1885.

nueva-germania

A table, Elisabeth et Bernhard n’hésitent pas à parler politique

 

A l’époque, Adolf Hitler n’a pas encore inondé le monde de ses peintures maladroites, et le couple nourrit le rêve d’un paradis aryen. On ne le dira jamais assez, les passions partagées sont le ciment du couple.

Un an plus tard, Elisabeth et Bernhard embarquent donc, en la charmante compagnie de quelques colons allemands pour l’Amérique du Sud (on notera le caractère avant-gardiste de leur aventure). Direction la forêt paraguayenne. Une manière ludique et dépaysante de régénérer la race supérieure. Ils appelleront ce village expérimental Nueva Germania.

Malheureusement pour eux, tout se passe comme dans un reportage M6 (cf. le très excitant « Les arnaques de l’été« ).

nueva-germania3

« … Mais la réalité ne correspond que très peu aux images de rêve affichées sur internet ».

Là-bas, les quatorze familles ne trouvent que maladies, mauvaises récoltes, luttes intestines et surtout ils doivent faire avec la mégalomanie du couple Förster-Nietzche (qui régentait l’utopie paraguayenne depuis un élégant manoir). Et cerise sur la choucroute, certains colons se révèlent plus attirés par les charmes exotiques d’une poitrine guarani, que par la fondation d’un paradis blond aux yeux bleus…

nueva-germania4

« Friends » ?

La colonie décline rapidement, les saucisses de tapir sont sans saveur et beaucoup  de pionniers décident alors de prendre un billet retour pour l’Allemagne. Hashtag fessée.

Epilogue

  • Miné par l’échec, Bernhard décède intentionnellement à Asunción. La cause: un cocktail un peu trop serré (morphine, strychnine et une pointe de jus de citron).
  • Déçue par ce manque d’ambition, Elisabeth maquille le suicide de son bien-aimé et s’en retourne au pays, où elle trouve très rapidement de quoi alimenter son projet professionnel #nsdap.
  • Quant à la poignée de colons restés dans la forêt, les mauvaises langues racontent qu’ils survécurent grâce à quelques entrecroisement génétiques germains (comme quoi on ne choisit peut être pas sa famille, mais la tendresse familiale se révèle précieuse une fois perdu en pleine forêt).
  • Après la Seconde Guerre Mondiale, la communauté eut le plaisir de recevoir quelques visites de qualité, parmi lesquelles Joseph Mengele (un médecin bavarois) et Nikolaus Barbie (un policier lyonnais).
  • Quelques descendants des fondateurs vivent toujours à Nueva Germania. Ils parlent espagnol, apprennent l’allemand à l’école et ne pratiquent que très rarement l’art délicat de la généalogie.
nueva-germania5

Küsse,

Georges

La page Wiki de Nueva Germania

Le reportage du NYT

, Laisse un commentaire

Cultive également ton style avec notre ami Tostadora.fr