Comment les aveugles survivent-ils sur Internet ?

book-of-eli-denzel-washington-aveugles

La cause avance, mais à pas de moule.

Alors que des geeks inventent l’appli RogerVoice, permettant aux sourds-muets de convertir des SMS en messages vocaux, on a pas encore inventé la technique de « blind responsive design », permettant d’adapter chaque site web aux usages des aveugles.

D’où un petit problème d’accessibilité au net pour eux. Restent les bonnes vieilles synthèses vocales, l’adaptation des couleurs et contrastes, ou des logiciels « loupes ». Ce qui peut vite devenir galère.

Iphone I love U

D’ailleurs, Hélène, bibliothécaire mal-voyante dans le XXe arrondissement de Paris avoue passer son temps à « contourner les sites non accessibles ». Pour elle, « l’Iphone est ce qu’il y a de plus pratique. Jusqu’ici on n’a rien fait de mieux pour les non-voyants ». Comme toi, Hélène est donc accroc. Pas à CandyCrush, mais à l’appli Houra : faire ses courses en ligne en toute autonomie lui a changé la vie. « Tout ce qui est achat en ligne, pour moi c’est formidable », s’enthousiasme-t- elle.

Elle se sert aussi quotidiennement de Foursquare pour repérer les transports en commun locaux ou les restaurants à chaque nouveau trajet. Mais Hélène ne se prive pas pour autant de jouer à l‘Âge de Pierre – qu’elle adore pour son environnement sonore – ou de poster ses photos de vacances sur son compte Facebook… « peut-être qu’elles sont mal cadrées, mais peu importe ! ». Quelle génie cette Hélène !

Pour écrire, elle branche à son Iphone un afficheur braille. « Je lis Internet avec ça » résume-t- elle, grâce à des micro-pointes rétractables qui agissent comme un écran en relief et se modifient au fil du temps.

syscom

Ce genre de gros clavier est rendu has been par l’arrivée du Blind Maps, mini-interface en braille qui se clipse au cul du téléphone. Ce plug rend « touchable » les mots et les itinéraires. Mais comment ce fais-ce ? Concrètement, ça donne ça :

Mirifique, non ? Merci aux Danois ! On attend encore le « ebook reader » en braille, conçu sur le même principe : une page semi-rigide qui créé les points en relief et se rafraîchit toute seule. Seul hic, ce gadget coûte la bagatelle de 55 000 $.

ebook-reader

En définitive, l’internet des aveugles passe par leurs doigts. Par exemple, pour comprendre le délire des smileys, Hélène a dû se les faire montrer en Légo ! « Là j’ai pu visualiser, le sourire, les yeux. Alors, maintenant je les utilise, j’adore ça. J’en mets partout ». Quelle bout-en-traine.

Avant de lire un site web, Hélène doit d’abord mémoriser sa structure. C’est pas gagné !

Par contre, lorsqu’il s’agit d’explorer le wild wild web sur un PC lambda, Hélène doit d’abord « comprendre le fonctionnement du site, la façon dont chaque page est codée ». Elle déplace sa souris vers un un mot qui lui est lu par l’interface vocale et/ou réécrit en braille sur sa « plage braille ». Bon d’accord, t’as rien compris, alors tiens, voilà un film :

Bien sûr, dès qu’une pub popeupe, le système dé(b)raille (rire, NDLR). En fait, la plupart des sites web contiennent trop de cadres dans leur code HTML. Et d’autres, qui utilisent des programmes en JavaScript, font bugger les logiciels d’aide. « Pendant plusieurs années, c’était la mode des sites en Flash. Bon, ça par exemple, c’est impossible pour moi d’y accéder. Au revoir ! » râle Hélène. Alors, comme fait-elle pour ne pas passer 112 heures sur le site du Zinc Magazine avant de trouver l’article qui l’intéresse ? « Je mémorise la structure du site et ça se passe très bien ! » Oui, enfin, à chaque mise à jour du site, « il faut réapprendre tout et c’est assez pénible ». On la comprend !

Pour sauver les aveugles de l’ennui intersidéral, reste donc à inventer un système de « traduction » automatique des sites en menus sous forme de texte (comme ce qui s’affiche à l’écran lorsqu’un site n’est pas totalement chargé). Un exemple avec le site du Monde.fr. Faut s’accrocher !

Heureusement, la Web Accessibility Initiative oeuvre (un peu toute seule dans son coin) à la standardisation des site web, en proposant à leurs concepteurs une sorte de charte commune. Mais, à l’instar de la lutte contre la fraude fiscale, on reste très très loin du compte. Pour en savoir plus, rdv sur l’excellent site braillenet.org.

Et surtout, ne mange pas trop gras trop sucré trop salé !

Jacques

, 1 Commentaire

Cultive également ton style avec notre ami Tostadora.fr

Dans le même goût :

  • Les URL et l’esthétique : je t’aime, moi non plus24 octobre 2011 Les URL et l’esthétique : je t’aime, moi non plus Une URL (Uniform Ressource Locator), à part indiquer l'adresse d'un site ou d'un article, c'est quand même très, très vilain. Je suis d’ailleurs […]
  • La recette d’un site ne se trouve pas dans les livres de cuisine4 juin 2014 La recette d’un site ne se trouve pas dans les livres de cuisine Si tu es familier des mondes de l'informatique et du web, tu n'es pas sans savoir que la recette (ou recettage pour certains, ce qui est au passage […]
  • HTML5 : attention aux illusions3 avril 2013 HTML5 : attention aux illusions HTML5 : la simple évocation de cet acronyme est aujourd'hui un mot magique, une formule qui permet à toute web-agency qui se respecte de vendre […]
  • Le meme : le me explainin’26 janvier 2012 Le meme : le me explainin’ Vous les avez certainement aperçus au moins une fois : ces visages très expressifs, ces BD très mal dessinées et autres photos de mauvaise qualité […]
  • L’histoire de la 4044 juin 2014 L’histoire de la 404 On la connait tous et généralement on la déteste, utilisateurs comme webmasters. L'erreur 404, que l'on obtient en essayant d'accéder à une […]