Thomas Olivri, fondateur de Geek-Art.net

geek-art

Geek-Art.net, ça te parle ? Non ? Et bien ça ne va pas tarder. Geek-Art.net, c’est ce blog créé par Thomas Olivri en 2009 visant à promouvoir des artistes qui s’inspirent d’œuvres « geek » pour créer les leurs.

La culture geek a le vent en poupe depuis quelques années et ce n’est donc pas étonnant de voir de jeunes artistes ayant baigné dans la culture populaire s’inspirer de grandes figures issues de cette culture. Sur ce blog, on trouve des œuvres traditionnelles (crayon, papier) ou graphiques (Photoshop, Illustrator), toutes étant centrées autour de la culture geek. De Mario à Dark Vador, en passant par les Tortues Ninja et Marvel, toutes les figures populaires du jeu vidéo, l’heroic fantasy ou le comic book y sont représentées. Thomas Olivri, geek émérite, débusque ces artistes inconnus pour le plus grand plaisir de nos yeux. Mais il ne s’arrête pas là ! Il a monté deux expositions autour du geek art et a ouvert une boutique en ligne afin de promouvoir ces artistes via la vente de certaines œuvres. Interview de cet ancien concepteur-rédacteur amoureux de la culture geek !

Parle-nous de toi. Comment as-tu découvert la culture geek?

Je baigne dans la culture geek depuis mon plus jeune âge. J’ai trois souvenirs en particulier : la première lecture de Bilbo le Hobbit et du Seigneur des Anneaux, en vacances chez ma grand-mère, la découverte du magazine White Dwarf (sur les figurines fantastiques de Games Workshop) chez mon marchand de journaux, et ma première Game Boy… Tout ça s’est produit à peu près à la même époque, je devais être en CM2. Après, tout s’est enchaîné de manière assez logique. J’ai copiné au collège avec des fans de mondes imaginaires comme moi, qui sont vite devenus mes meilleurs amis. Nous avons découvert ensemble les Jeux de Rôle (Donjons & Dragons, Cyberpunk, l’Appel de Cthulhu pour ne citer qu’eux) que nous avons pratiqué assidument pendant de très longues années. Nous avons également beaucoup joué à Warhammer et Warhammer 40,000, même si je préférais peindre mes figurines que jouer. Je n’oublie pas les cartes Magic, les parties de jeux en réseaux sur console ou PC, les séances cinéma/VHS pour découvrir ou redécouvrir des films cultes, la lecture de comics à foison… Ma jeunesse geek a été très, très bien remplie !

D’où t’es venue cette idée de créer Geek-Art.net?

thomas-olivri-geek-artJ’ai fait des études de marketing et de communication, et j’ai fini par me retrouver concepteur rédacteur dans une agence de publicité. L’écriture de moult scénarios de jeux de rôle avait payé ! Plus sérieusement, mon boulot n’avait plus grand-chose à voir avec mes passions, mais de toutes manières j’avais commencé à m’éloigner quelque peu de mes geekeries. De moins en moins de jeux de rôles, de temps pour en faire… Je continuais par contre à lire, à dévorer des livres et des comics tout en continuant à jouer aux jeux vidéo. Mais ma passion me prenait moins de temps qu’auparavant. Puis, via mon travail de créatif, j’ai été amené à découvrir le monde du graphic-design et de l’illustration. J’étais bluffé par le talent fou de ces artistes qui travaillaient occasionnellement pour la pub. Et un jour par hasard d’Internet, j’ai découvert que certains d’entre eux, régulièrement, s’amusaient entre deux boulots à designer un Mario ici, un Dark Vador là… Le premier artiste qui m’a marqué a été Bob Dob, un américain dans la mouvance pop surréaliste, qui avait peint ses propres versions de Mario et de Donkey Kong. Particulièrement fan de ses œuvres, j’ai commencé à en poster sur ma page Facebook. Puis, me rendant compte qu’aucun blog ou site ne traitait concrètement de la question, j’ai commencé à développer l’idée de faire mon propre blog… Certains sites mettent en ligne des œuvres à tendance geek, mais le plus souvent elles étaient postées au milieu de news jeux vidéo, techno ou films. Aucun blog à ma connaissance, à l’époque, ne se consacrait uniquement au « geek art ». J’ai donc créé mon blog sous WordPress, le nommant simplement « Geek-Art ». Aujourd’hui, presque 3 ans après, je poste toujours au moins deux fois par jour, j’ai en moyenne entre 2500 et 3000 visiteurs venant du monde entier, j’ai 35,000 followers Tumblr, plus de 1200 sur Twitter, et bientôt 10,000 fans sur Facebook. Preuve s’il en est que le Geek-Art intéresse beaucoup de monde… Au passage, je n’ai pas la prétention de m’attribuer la paternité du terme de « geek-art », mais force est de constater que c’est une expression aujourd’hui couramment utilisée sur le web. Quand j’ai ouvert mon site, la seule référence « geek-art » sur Google concernait, je m’en souviens très bien, une boîte aux lettres fabriquée à partir d’un vieux Mac. Comme quoi l’idée a fait son chemin !

Comment s’est déroulée la mise en place de l’expo 8-Bit Champions ? Est-ce cette exposition qui a conduit à la création du Geek-Art Online Store?

J’avais déjà fait une exposition en partenariat avec Artoyz Paris sur le thème des blockbusters de l’été de 77 à nos jours quelques mois auparavant (avec bien entendu Star Wars, Indiana Jones, les Dents de la Mer…), qui avait eu son petit succès. J’ai ensuite enchaîné sur 8-Bit Champions, en partenariat avec un collectif d’artistes américain, The Autumn Society, habitué à monter ce genre d’événements aux USA. Ils ont recruté des artistes parmi leurs rangs, j’ai « recruté » des artistes français pour participer. Le principe était simple : choisissez un jeu qui vous a marqué et faites ce que vous voulez ! L’expo s’est super bien déroulée, j’avais contacté l’association de préservation du patrimoine vidéoludique MO5.COM, qui m’a gentiment aidé et prêté des consoles old school jouables ainsi que quelques pièces de musée à exposer. Je n’oublie pas non plus Neo Legend qui m’a prêté pour l’occasion une borne d’arcade jouable ! Tout cela dans un joli lieu, la Flaq, a deux pas de Beaubourg. L’expo a eu son petit succès, mais si c’était à refaire, je changerais pas mal de choses. Mais bon, il faut bien débuter quelque part ! De même, le 30 mars dernier, j’ai été invité par les organisateur du salon Made in Asia de Bruxelles à organiser une expo-vente, là aussi sur le thème du jeu vidéo. C’était ma première convention, et là aussi j’ai appris de mes erreurs. J’aimerais vraiment développer ce genre d’événements en France, mais c’est du boulot ! En tout cas je suis sur bonne voie, et j’ai encore pas mal de surprises dans mon sac pour l’année qui vient…

Comment organises-tu ta veille sur le web pour repérer les artistes que tu présentes sur le site?

C’est simple, cela fait des années que je mets de côté chaque site que je trouve intéressant : graphisme, design, illustration, comics… Mon Google Reader est rempli à ras bord ! Un peu de veille le matin avec mon café, un peu le soir, sans oublier mon Tumblr et le fait que de plus en plus d’artistes me contactent directement via postmaster@geek-art.net pour m’envoyer leur travail, et voilà !

Quel avenir se profile pour le développement de la culture geek? (question un peu vaste, je te l’accorde)

Vaste question… Effectivement ! Concernant la culture geek, et les changements qu’elle a connu ces 10 dernières années, il y a beaucoup à dire. Je pense que tous les geeks et moins geeks de ma génération (nés au début des années 80) ont connu les bonheurs de la Nintendo NES, des films cultes de l’époque comme Ghostbusters ou Gremlins pour ne citer qu’eux, ont joué à Musclor ou aux Transformers, ont suivi des séries cultes comme V ou Mac Gyver… Et qu’aujourd’hui tous ces gamins sont devenus des adultes de 30 ans, avec forcément un pouvoir d’achat supérieur à celui qu’ils avaient à l’époque, et qui, même s’ils ne baignent pas tous dans ces univers, en gardent un souvenir ému teinté de nostalgie. C’est pour cela, à mon humble avis, que des films comme les Avengers ou le Seigneur des Anneaux rencontrent autant de succès, que l’industrie du jeu vidéo ne s’est jamais aussi bien porté, ou que, à une moindre échelle, les expos sur le geek-art intéressent autant de monde.

Et c’est aussi l’une des raisons pour lesquelles les œuvres relatives au Geekdom sont aussi nombreuses. Les graphistes et illustrateurs d’aujourd’hui sont les gamins qui jouaient à Super Mario hier. Ajoutez à cela Internet et la possibilité de faire visionner ses œuvres par le plus grand nombre, et vous comprendrez comment cette culture a pu lentement mais surement prendre l’importance qu’elle a aujourd’hui sur la toile. De simple fanarts sur des communautés comme DeviantArt au début, on est passé à une culture de masse, qui a explosé notamment grâce au développement de Tumblr.

Et quand on y réfléchit, ce phénomène n’est pas si étonnant. De tous temps, les artistes ont été inspirés par la culture populaire qui les entourait. Durant des siècles, cette culture populaire était tournée autour de la religion, d’où les milliers d’œuvres d’art tournant autour de la Bible par exemple. Au début du XXe siècle, les artistes s’inspiraient de ce qui les entourait, qu’il s’agisse de leur quartier, des paysages, de l’inspiration qui en découlait… Puis est arrivé ce qu’on appelle la « pop culture », ou le détournement d’objets de la culture populaire (populaire dans le sens « connu par le plus grand nombre », et donc non réservé à une élite), avec comme meilleur exemple la soupe Campbell de Warhol ou les œuvres inspirées par les comics de Lichtenstein. Puis est arrivé le pop surréalisme, ou « lowbrow art », avec des pointures comme Ron English et ses œuvres inspirées par la « nouvelle » culture populaire comme les dessins animés (les Simpsons, Charlie Brown…), ou encore Mark Ryden avec ses œuvre truffées de références comme Buffy contre les Vampires… De nos jours, toute une génération d’artistes est inspirée par le geekdom et ses multiples racines. C’est tout simplement une évolution logique des choses. Des personnages comme Dark Vador, Spock ou Mario font partie de la culture de masse, ou populaire, au même titre à l’époque que Saint Michel, Judas ou Jésus. Quoi de plus naturel pour ces artistes que de s’en inspirer ?

Partant de ce principe, je cherche à donner ses lettres de noblesse à une culture indéniablement populaire et encore malheureusement regardée de haut par beaucoup. Vous n’imaginez pas, par exemple, le mal que j’ai eu à trouver une galerie pour exposer 8-Bit Champions. Mais j’espère que les choses changeront. En tout cas je pense que nous sommes sur la bonne voie. Le petit succès de Geek-Art en est peut-être la preuve. Et si je peux aider ces artistes à se faire connaître, si je peux développer cette culture en France via des expositions, si je peux continuer à faire vivre mon site en vendant quelques œuvres numérotées sur ma boutique, je serai déjà très heureux.

N’oubliez pas de visiter le site! Voici tous les liens utiles :

Le blog 

La boutique en ligne

Le Tumblr

Le compte Twitter

La page Facebook

 

, 3 Commentaires

Cultive également ton style avec notre ami Tostadora.fr

Dans le même goût :

  • Le Hashtag : définition10 novembre 2011 Le Hashtag : définition Un jour, en voulant briller en société, j’eus subitement l’impression de venir d'une autre planète en évoquant le mot « hashtag ». Ce qui m'a fait […]
  • Marvel et DC Comics : entre héritage culturel et guerre des licences2 avril 2012 Marvel et DC Comics : entre héritage culturel et guerre des licences La bande dessinée (9ème art pour les intimes) connaît trois axes importants : le manga japonais, la bande dessinée franco-belge et le comic book […]
  • Les chinois ne voient pas en 3D.30 juin 2014 Les chinois ne voient pas en 3D. Et ça n'a rien à voir avec leurs yeux bridés. La perspective, le savais-tu, est une affaire culturelle. Désireux de représenter fidèlement […]
  • Picasso, c’est plus réel que la photo.23 septembre 2014 Picasso, c’est plus réel que la photo. Tu fais cette blague depuis le CE2 : "C'est mal dessiné comme un Picasso". Ton oncle raciste te l'a probablement apprise. Tu as tort de la […]
  • Le meme : le me explainin’26 janvier 2012 Le meme : le me explainin’ Vous les avez certainement aperçus au moins une fois : ces visages très expressifs, ces BD très mal dessinées et autres photos de mauvaise qualité […]