La Thug Life n’est pas ce que vous croyez

thug-life-tupac

Lettre Gothiques, comportement Badass, la Thug Life est un mème particulièrement populaire.

Il faut dire que les compilations de vidéos Thug Life sont légion sur les internets, une simple requête permettant d’accéder à des dizaines de compilations (et de perdre une soirée #retourdexperience).

Pourtant, cette pauvre expression est bien mal interprétée : pour mieux la comprendre, on revient dans les années 90, quand Tupac Shakur est encore en vie. Issu d’une famille de militants Black Panthers de New York, il a grandi au sein de quartiers défavorisés, mais a toujours gardé cet esprit militant, combattant toute sa vie pour une égalité raciale.

Mais je ne vais non plus te refaire la bio de Tupac, hein.

Après une carrière de roadie et danseur hip-hop, il fonde plusieurs groupes, dont l’un s’appelle justement Thug Life, et qui sort en 1994 son premier album, Thug Life : vol. 1 (tiens tiens…).

Cette vie se définit comme celle de quelqu’un qui a bravé toutes sortes d’épreuves pour finalement s’en sortir. En somme, cela correspond au fameux rêve du self made man si cher aux étasuniens, avec une dimension de lutte sociale en plus.

Afin de donner un sens supplémentaire à cette Thug Life, Tupac en a par la suite fait un acronyme, à savoir :

The Hate U Give Little Infants Fucks Everybody

Ce qui se traduirait par :

La haine que vous inculquez à vos enfants finit par tous nous niquer.

A delà de la notion de success story, la Thug Life devient donc une notion de tolérance et d’alerte face aux haines mutuelles. La phrase étant devenue une philosophie de vie à part entière du rappeur, il se la fera tatouer sur les abdos.

tupac-thug-life-tatttoo

Plusieurs choses à retenir :
1/ Tupac, ça déchire sa maman et tu devrais en écouter même si tu n’es pas fan de rap
2/ La Thug Life relève d’une notion de lutte sociale
3/ Rien à voir donc avec un côté assassin (cf. les Thugs d’Inde), ou une attitude badass sur fond de musique G-Funk.

C’est à dire rien à voir avec ce pneu délinquant :

ou celui là :

ou encore avec ce chat gangsta :

Par contre je vais y perdre une seconde soirée si je continue.

Source

Prend soin de toi,
LCS

, Laisse un commentaire

Cultive également ton style avec notre ami Tostadora.fr

Dans le même goût :

  • Tupac et les Isley Brothers19 septembre 2011 Tupac et les Isley Brothers Contre la grisouille, le réenchantement. Aujourd'hui : les Isley Brothers et Tupac Shakur. The Isley Brothers, Let's Fall in Love, 1979 D’un […]
  • La P-Funk : bienvenue chez George Clinton4 avril 2014 La P-Funk : bienvenue chez George Clinton Si l'on remonte aux origines de la funk, on y trouve le jazz, le blues, la soul, le R'nB...mais aussi le rock psychédélique. Oui, et au […]
  • Warren G et Nate Dogg : le mythe Regulate18 novembre 2011 Warren G et Nate Dogg : le mythe Regulate On continue sur la G-Funk, avec un hommage à THE Monument : Regulate. Effectuons tout d'abord un retour en arrière. En 1994, la G-Funk est en […]
  • La G-Funk, la Californie à portée d’oreille19 octobre 2011 La G-Funk, la Californie à portée d’oreille La G-Funk, c'est le soleil. Illustration par deux morceaux. Le premier, Free de Deniece Williams, est un grand moment de soul comme on savait […]
  • Le meme : le me explainin’26 janvier 2012 Le meme : le me explainin’ Vous les avez certainement aperçus au moins une fois : ces visages très expressifs, ces BD très mal dessinées et autres photos de mauvaise qualité […]