Pourquoi ton penis se lève en écoutant L.A. Woman

L.A. Woman. Elle te transporte. Envie de porter du cuir. Désirs de déambulation ivre dans un bar latino malfamé. Surtout sur cette petite montée…

Mr. Mojo Risin’
Got to keep on risin’
Risin’ risin’
Come on risin’ risin’
Whoa! Wang! Bang!

Monsieur Penis se lève.
Monsieur Penis se lève.
Monsieur Penis se lève.

Mr. Penis se lève
Mr. Penis Risin’
Mr. Mojo Risin’

M r M o j o R i s i n ‘
M r m o J o r i s i n ‘
J i m M o r r i s o n ‘

Le Jim grimpe, s’envole, te rend fou. Rasade de teq’. Tu retires ton t-shirt.

Puis un jour, tu t’interroges.

« Dis Papa, c’est quoi le Mojo ? « .

Ton père, qui est bilingue, se trouve gêné.

« Demande à ta mère ».

Ta mère, qui n’est pas bilingue (#sexisme) te renvoie vers Tonton  Wiki, qui t’apprend alors tout un tas de trucs. Le mojo, c’est d’abord une amulette, dans le folklore Afro-américain Hoodoo.  Un petit sac tout protecteur avec plein de bonnes prières à l’intérieur (et parfois même des sortilèges).

Ceci est un mojo.

Dans le langage populaire, c’est aussi une période de réussite de l’extrême. On y ajoute parfois une dimension sexuelle, ce qui en fait un synonyme un peu cool du « sex appeal » (quand ton corps appeal au sexe).

Et surtout dans notre cas, il s’agit d’une verge.
Mr. Mojo. Un penis. Un tuyau. Un chibre. Un poireau. Un manche. Une béquille. Un zob. Un zgeg. Une saucisse. Un braquemard. Ta petite princesse.

Une chanson de Muddy Waters « Got my mojo working » jouait déjà sur l’ambiguïté sans vergogne.

Bref, au moment où tu retires ton t-shirt pour gravir le « Mr. Mojo Risin' », tu es un mec super #pron. A l’heure où tu lis ce toast, tu es certainement sobre et le voile de pudeur qui t’enveloppe tend à te faire penser que cette histoire de mojo est finalement très vulgaire. Certes.

Mais reparlons-en plutôt lors de ta/ma/notre prochaine griserie.

Et cela ne t’aura évidemment pas échappé, la phrase se trouve également être un anagramme parfait de « Jim Morrison ».

Fin de l’anecdote. Mr. Mojo m’appeal.

Bisou Princesse,

Georges.

Une source
Deux sources
Une histoire de Mojo

, Laisse un commentaire

Cultive également ton style avec notre ami Tostadora.fr

Dans le même goût :

  • La P-Funk : bienvenue chez George Clinton4 avril 2014 La P-Funk : bienvenue chez George Clinton Si l'on remonte aux origines de la funk, on y trouve le jazz, le blues, la soul, le R'nB...mais aussi le rock psychédélique. Oui, et au […]
  • Le rapport entre la Grèce et Pulp Fiction ?11 septembre 2014 Le rapport entre la Grèce et Pulp Fiction ? Pulp Fiction fait partie des quelques élus qui ont droit à un visionnage par an (comme Fight Club, Die Hard 3 et Volte/Face)... Oui, car […]
  • La fin des Beach Boys ?19 juin 2012 La fin des Beach Boys ? Ah, les Beach Boys. 50 ans après leur création, les garçons de la plage résonnent toujours dans l'imaginaire collectif comme étant synonymes de […]
  • La G-Funk, la Californie à portée d’oreille19 octobre 2011 La G-Funk, la Californie à portée d’oreille La G-Funk, c'est le soleil. Illustration par deux morceaux. Le premier, Free de Deniece Williams, est un grand moment de soul comme on savait […]
  • Sur un air de G-Funk3 mars 2013 Sur un air de G-Funk Mis à part les grands pontes (Snoop Dogg, Warren G et bien sûr Dre), qu'en est-il des artistes G-Funk moins connus du grand public ? Focus […]