À Portland, ces hommages fous au tapis de l’aéroport

boston-airport-carpet-pdx-tapis
  1. Il arrive parfois que des objets insignifiants au premier abord deviennent des institutions culturelles. C’est le cas de la moquette de l’aéroport de Portland, Oregon, qui vient d’être remplacée, entraînant une importante vague d’hommages.

Il faut dire que cette moquette, et surtout le motif qu’elle arbore, était devenue un objet culturel à part entière, depuis sa pose en 1987. Le revêtement précédent, mêlé aux dizaines de milliers de pieds qui le foulaient, créait un tel bruit que tout le personnel était sur le point de perdre la tête. Cette nouvelle moquette, qui fut donc un grand pas pour les oreilles du staff, arborait un motif très 80s, pas franchement d’une beauté à se rouler par terre, mais avait ce petit je-ne-sais-quoi qui l’a rendu culte aux yeux des habitants de Portland, a tel point que ce dernier est devenu un objet-souvenir aussi incontournable que les Tour Eiffel miniatures pour Paris, l’Oeil de Méduse d’Istanbul ou les Taxis Jaunes taille 1/36 de New York.

En Janvier 2015, après 27 ans de bons et loyaux services et son remplacement pour cause d’usure, c’est toute une série d’hommages qui vit le jour. On trouve donc pêle-mêle des poèmes, mais aussi du nail-art et des tatouages, comme celui ci-dessous :

pdx-carpet-tatoo

La Brasserie Rogue a quant à elle sorti une cuvée spéciale aux couleurs de cette même moquette :

rogue-ales-spirits-pdx-beer

L’une des équipes de football locale, les Portland Timbers, a mis en vente sur sa boutique en ligne une édition spéciale de ses goodies habituels

portland-timbers-pdx-carpet

 

Bien-entendu, la moquette possède son shop officiel, sa page Facebook et pas loin de 3 comptes Twitter, dont un officiel, de même que sa remplaçante de 2015 . La malheureuse n’a pourtant pas rencontré le même succès critique.

Et bien-sûr, les plus obstinés peuvent même acheter des morceaux de la moquette elle-même, mise en vente par l’aéroport (sisi)

carpet-pdx

Qu’est ce qui a rendu ce motif aussi culte ? Est-ce le fait qu’il soit si caractéristique de l’aéroport, et des années 80 par extension ? Qu’il n’est certes pas d’une beauté fulgurante, mais que le temps a fait son œuvre, rendant la question finalement vaine ? Il y a certainement un peu de tout cela : de la nostalgie mêlée à un besoin d’appartenance, le tout mélangé à la sauce social media 2015. Une belle opération marketing (et financière) pour l’aéroport, où Comment j’ai inventé un storytelling sur une moquette, se dit certainement un stratège à l’heure actuelle, tout en se frottant les mains…

Sur-ce, je vais aller fumer, les histoires de moquettes me rendent nerveux.

Prends soin de toi,
LCS

, Laisse un commentaire

Cultive également ton style avec notre ami Tostadora.fr

Dans le même goût :

  • Nostalgie et néostalgie : des différences de taille13 mars 2012 Nostalgie et néostalgie : des différences de taille Le réenchantement du monde est en marche. Pour se réenchanter, quoi de tel qu'une bonne dose de passé pour oublier les problèmes du présent. […]
  • Le Hashtag : définition10 novembre 2011 Le Hashtag : définition Un jour, en voulant briller en société, j’eus subitement l’impression de venir d'une autre planète en évoquant le mot « hashtag ». Ce qui m'a fait […]
  • Comprendre Duchamp, vite.28 octobre 2014 Comprendre Duchamp, vite. Tu as déjà entendu parler de l'urinoir de Marcel Duchamp. Pour toi, cela symbolise la déliquescence de l'art contemporain. Tu as tort. Je […]
  • Les chinois ne voient pas en 3D.30 juin 2014 Les chinois ne voient pas en 3D. Et ça n'a rien à voir avec leurs yeux bridés. La perspective, le savais-tu, est une affaire culturelle. Désireux de représenter fidèlement […]
  • Goldorak, un symbole chrétien historique ?26 février 2015 Goldorak, un symbole chrétien historique ? Août 1998. Histoire de fêter comme il se doit le titre mondial, tu t'adjuges avec ton ami Jean-Jacques des vacances bien méritées. Comme tu ne […]