Les cannibales sont surtout courageux. Admettons-le.

cannibale-pierre-gattaz

Et il ne s’agit pas uniquement du fait qu’il faut un sacrée paire de chocoballes, l’une baptisée « Rambo », l’autre « Conan », pour mastiquer un congénère bipède.

En ces temps de chienlit politique et intellectuelle, il est toujours intéressant de s’interroger sur la façon dont notre beau peuple occidental a pu nommer ses voisins et autres rencontres (équivalents, en ces temps-là, de chiens, esclaves, monstres etc., en ces temps-ci de migrants, criminels, ennemis etc.). Hui, je reviens sur le terme « cannibale », qui comme chacun sait désigne les espèces mangeant leurs semblables, mot fréquemment utilisé pour désigner certaines tribus d’Amérique du Sud ou d’Afrique, souvent tout à fait improprement. Notons que pour désigner plus spécifiquement le fait de manger un autre homme, on emploie le mot « anthropophage », traduction littérale de cette action.

Or savais-tu qu’en fait le terme « cannibale » vient précisément des Caraïbes ? Au départ, les Caraïbes sont les peuplades qui peuplent les îles de l’Atlantique en question. Ils se désignent eux-mêmes en tant que « Cariba », ce qui signifie « hardi », « valeureux » (tu comprends le titre maintenant ?). Christophe Colomb est l’un des premiers à entendre le mot de la part des Amérindiens des îles des Bahamas (le San Salvador, précisément), désignant ainsi leurs ennemis des îles voisines, et en faisant une description odieuse, que s’empresse de reprendre Colomb. Le mot, d’explorateur en copiste, se trouve rapidement déformé : cariba, « caribales » en espagnol, mal orthographié par un quidam confondant un « r » et un « n », devenant « canibales ». Et voilà comment en deux-temps trois-mouvements*, on transforme un terme indigène noble en caricature péjorative, criminalisant tout un peuple.

On rappelle au passage à quel point cette vision ethnocentrée a conditionné durablement les rapports entre les pays occidentaux et les pays « en voie de développement » comme on dit maintenant.

La semaine prochaine, on parlera du mot « barbare ». En attendant, tu peux appeler les migrants des « réfugiés ».

*expression du XXème siècle qui signifie « hyper go fast »

Hyper cordialement,
NXF

, Laisse un commentaire

Cultive également ton style avec notre ami Tostadora.fr

Dans le même goût :

  • Pourquoi « se faire fourrer » n’est pas si vulgaire9 mars 2016 Pourquoi « se faire fourrer » n’est pas si vulgaire Salut c'est Alfred. Tu en as marre des anecdotes inutiles de mes amis rédacteurs ? Eh bien tant mieux, parce que les miennes, en plus d'être […]
  • Le crayon, une histoire de zizi13 janvier 2015 Le crayon, une histoire de zizi En ces temps houleux, il nous est bien difficile de continuer à publier des anecdotes, sujet dérisoire s’il en est face à une actualité plus que […]
  • Clichés racistes : les niakoués14 janvier 2016 Clichés racistes : les niakoués On continue notre saga sur les clichés racistes. Entre ça et les articles sur le IIIe Reich, tu vas finir pas penser que Le Toaster a des affinités […]
  • Une histoire de cul…de jatte3 avril 2015 Une histoire de cul…de jatte Il y a des expressions que l’on comprend plus rapidement que d’autres. Par exemple, prenez « renvoyer l’ascenseur » : l’image parle d'elle-même. […]
  • Une rapide histoire du godemichet24 juillet 2015 Une rapide histoire du godemichet Salut c’est Alfred. Tu t’es déjà demandé pourquoi un godemichet portait ce nom, et pourquoi on l’appelait Dildo dans les autres langues […]