Qu’est ce que la règle du quatrième mur ?

deadpool-quatrieme-mur

On parle souvent du quatrième mur ces derniers temps, notamment avec l’annonce du tournage du film Deadpool. Mais qu’est-ce que c’est, le quatrième mur ?

Le quatrième mur provient originellement du théâtre : on considère en effet que les comédiens sont enfermés entre 4 murs, dont le quatrième est transparent afin que le spectateur puisse assister à l’action. D’un côté, le personnage n’a conscience ni de ce mur invisible ni de la présence d’un public. De l’autre, le public peut voir l’étendue de l’action sans toutefois pouvoir intervenir. Ce principe tout d’abord été théorisé par Denis Diderot dans le Discours sur la poésie dramatique, et Bertold Brecht le poussera plus loin avec son fameux effet de distanciation. 

Ce contrat narratif s’est bien entendu transposé dans le monde du cinéma, de la bande dessinée et plus rarement du jeu vidéo et depuis, certaines oeuvres majeures ont pris un malin plaisir à détourner les codes.

C’est le cas par exemple de la série Malcolm, dans laquelle le personnage principal s’adresse constamment au spectateur, parfois au plein milieu d’une action, ce qui semble alors ralentir le temps. De notre côté de l’Atlantique, le film Amélie Poulain reste célèbre pour ses apartés face caméra, et notre Bébel national est quant à lui entré dans les mémoires avec (entre-autres) cette fameuse réplique du film À Bout de Souffle :


Dans le monde de la Bande-Dessinée et des Comics, c’est surtout Deadpool qui est connu pour l’un de ses traits de caractères assez peu commun : il est en effet doté de la conscience d’être dans une œuvre (en plus d’être psychotique, schizophrène, psychopathe, pervers, mégalomane, complètement imprévisible et très arrogant). En résultent bon nombre d’apartés via des phylactères spécialement réservées à son dialogue avec le lecteur. Les créateurs ont parfois poussé le concept bien plus loin, notamment dans le comics Deadpool Kills the Marvel Universe, dans lequel il décime non seulement les autres personnages Marvel, mais aussi ses créateurs.

deadpool-4th-wall

Dans le jeu vidéo, le cas est plus rare, mais on notera toutefois l’étonnant final de Metal Gear Solid 2, dans lequel le protagoniste prend conscience du fait de n’être qu’un pantin à la merci du joueur. Et que dire de Psycho Mantis, capable de lire dans les données de la carte mémoire (et de faire des commentaires en la présence de certains fichiers de sauvegarde), ou qui oblige le joueur à changer de port de manette, étant quasi invincible dans le cas contraire.

Un dernier exemple pour la route ? Le film Last Action Hero de John Mc Tiernan, dans lequel Schwarzenegger incarne un super-justicier inconscient d’être dans un film, et qui va peu à peu découvrir la vérité sur sa condition de personnage de film.

Et le petit montage qui va bien :

Source 1
Source 2

Prend soin de toi,
LCS

, Laisse un commentaire

Cultive également ton style avec notre ami Tostadora.fr