Foursquare : à quoi ça sert ?

Intéressons nous aujourd’hui à Foursquare, un réseau social bien sous-estimé.

[EDIT Septembre 2014] Foursquare semble ne pas avoir laissé un souvenir impérissable dans l’esprit des utilisateurs, du moins en France. Les problématiques liées à la vie privée ont évolué et le principe de Check-In (que Facebook intègre désormais plus ou moins) a été relégué au rang de fonctionnalité tierce par Foursquare, qui s’oriente désormais vers la construction d’un City Guide collaboratif.

Le principe :

Foursquare se présente sous la forme d’une application pour smartphone, grâce à laquelle vous pouvez faire un check-in, autrement dit « pointer » à l’endroit où vous vous trouvez, le principe reposant sur la géolocalisation.

Un nombre élevé et régulier de check-ins sur un même lieu permet d’acquérir de statut de maire (mayor), tandis que si vous parvenez à effectuer un check-in dans une situation particulière (sur un bateau, la nuit en semaine, 10 fois en 12 heures), vous débloquez des badges, trophées particulièrement convoités.

Les badges de base, qui récompensent le premier check in, des check-ins dans 10 lieux différents, etc..

A l’instar de la plupart des plateformes actuelles, Foursquare intègre également une fonction de réseau social, avec bien évidemment la possibilité de récupérer vos contacts depuis Gmail, Facebook, Twitter, etc… Vous devriez cependant vous rendre compte que peu de vos amis se trouvent encore sur cette plateforme, qui se développe à toutefois à une belle vitesse (10 millions d’utilisateurs en juin, 15 millions en Décembre), tout en restant fortement ancrée aux Etats Unis (50% des utilisateurs).

Pourquoi Foursquare a (et aura) du mal à percer dans nos vertes contrées : 

-parce que contrairement à nos amis etats-uniens, Foursquare touche pour le Français un point sensible : celui de la confidentialité. On a beau taxer les américains de paranoïaques, force est de constater qu’ils semblent moins réfractaires à l’idée de rendre leur localisation publique. Le problème de la confidentialité est cependant à relativiser, car il est le même que sur tous les autres réseaux sociaux. Il convient donc d’éviter de se checker en boite de nuit à 3 heures du matin une veille de présentation client si vous avez tous vos collègues comme ami, mais cela s’appelle, me semble-t-il, de la gestion intelligente de son image. Et si vous avez commis un acte répréhensible, ce n’est pas Foursquare qui vous fera inculper (les vérifications risquent plutôt d’être effectuées au niveau de votre carte bancaire et de vos communications téléphoniques). Afficher que l’on se trouve dans une boulangerie n’est il finalement pas aussi inutile que de parler de croissants sur Facebook ?

-parce que le pauvre internaute Français, qui était bien tranquille sur MSN Messenger, a déjà dû se faire violence pour rejoindre le grand méchant envahisseur Facebook, qu’on lui a ensuite rabattu les oreilles avec Twitter, et qu’on lui parle maintenant de Google Plus. Le pauvre Foursquare est donc encore le cadet de ses soucis.

Addiction, vous avez dit addiction  ?

L’application présente pourtant des options intéressantes, dont les autres services n’ont pas à rougir. Foursquare est avant tout un jeu, dans le sens où il devient rapidement addictif et grisant. Le plaisir à débloquer des badges et se hisser au rang parfois tant convoité de maire est indescriptible. Oui, nous avons beau connaître l’essor technologique, avoir des millions d’années d’évolution derrière nous, Foursquare réveille en nous l’animal qui veut marquer son territoire. Diablement efficace. De plus, chaque check-in rapporte des points, qui permettent de se positionner dans une compétition entre vous et vos amis. Si un utilisateur est déjà maire, libre à vous de checker le plus régulièrement possible pour le « ouster ». Ce qui est d’autant plus jouissif lorsqu’il s’agit de l’un de vos amis, voire de votre boss (#ibd).

Devenir Mayor vous amènera parfois à faire preuve d’ingéniosité ou de fourberie, ou simplement à chercher les endroits peu fréquentés.

Bien que l’on trouve des explications sur internet, débloquer certains badges est assez flou et s’avère être souvent le fruit du hasard. Depuis quelques semaines, les badges contiennent différents niveaux. J’ai débloqué aujourd’hui même le badge « Wino » (normal en Bourgogne) en effectuant un check in sur un lieu touristique Dijonnais. J’acquerrai ensuite le niveau 2 en effectuant des check-ins dans 5 lieux différents reliés d’une manière ou d’une autre au monde du vin.

D’énormes possibilités : 

Mais plus intéressant, vous pouvez ajouter un lieu à ceux déjà répertorié et l’agrémenter de photos, commentaires et autres indications pratiques, de votre cocktail préféré à un bon plan, par exemple, un concert ou un rendez vous régulier. Ce qui pourrait faire de Foursquare le plus grand guide touristique collaboratif au monde, la fonction « explorer » s’avérant vraiment pratique pour trouver les bons coins à proximité.


L’écran d’exploration, pratique pour connaître les lieux préférés de ses amis et faire le bon choix

Les commerçants et marques ont également tout intérêt à adopter Foursquare, et ce pour deux raisons :

la surveillance de leur réputation :  les commentaires sont, comme partout, libres, mais l’aspect communautaire amplifie largement l’impact de l’opinion d’un utilisateur.

l’action commerciale et la gestion des relations. Certaines enseignes ont déjà franchi le pas, à l’instar de Starbucks qui offre 1 dollar de réduction à ses maires sur le prochain Frappuccino ou encore de Flunch, qui offre le café pour un premier Check-in dans un restaurant. Un potentiel de carte de fidélité 2.0 non négligeable en somme.

 

Les travers.

Foursquare est jeune, donc encore un peu fou, et la notion de contrôle n’est pas tout à fait au point (mais peut être est ce mieux ainsi). Ainsi, l’usager aura rapidement remarqué :

-qu’il n’est pas nécessaire qu’il se trouve à un endroit précis pour s’y checker, mais dans un rayon de plusieurs centaines de mètres

-qu’il pourra également se checker dans une épicerie de nuit à 14 heures ou dans un salon de coiffure à 2 heures du matin

-qu’il pourra ajouter des lieux sans avoir à justifier quoi que ce soit, et devenir ainsi maire de son salon, de sa chambre et de sa salle de bain.

D’une idée simple, Foursquare a réussi à séduire une bonne partie des geeks et des branchés 2.0, mais manque encore de notoriété auprès du grand public. Overdose de réseaux sociaux ? Public pas encore prêt ? Encore trop peu de possesseurs de Smartphone ? Ou peut être tout simplement la combinaison de tous ces facteurs. Les utilisateurs commencent bel et bien à se décoincer, mais le réseau semblerait toutefois être en perte de vitesse, en témoignent certains analyses qui prédisent la disparition de foursquare d’ici fin 2013

Et vous, comment voyez vous Foursquare ? Etes vous plutôt dans l’optique « guide géant »,  « outil de fidélisation » ou simplement « jeu » ? 

, 2 Commentaires

Cultive également ton style avec notre ami Tostadora.fr