Pinterest, un simple marque-pages ?

Si tu traines tes guêtres sur les réseaux sociaux, tu n’as pas pu passer à côté du phénomène Pinterest. Audacieux mélange de « pin » (accrocher) et d’interest, le réseau social affiche une ambition toute simple : connecter les utilisateurs via le partage d’image et la création d’albums.

Cette optique te rappellera inévitablement Instagram, le réseau où tout le monde partage ses photos pourries devenues des chefs-d’œuvre d’authenticité parce qu’elles sont traitées avec des filtres vintage. Véritable carton depuis Janvier, Pinterest voit son nombre d’inscrits en perpétuelle hausse (16 millions aux dernières nouvelles) et se targue d’avoir une clientèle majoritairement féminine, ce qui garantirait l’adoption de la bête par le grand public.

Premiers pas

Tout d’abord, l’inscription est facilitée pour les utilisateurs de Facebook et de Twitter. Ensuite, c’est « comme d’hab » : on choisit les profils que l’on veut suivre et on invite ses amis à rejoindre le réseau. Après avoir créé quelques albums en fonction de tes goûts, tu es enfin prêt à telancer.

Doté d’une interface agréable et conviviale, le site donne tout de suite envie de partir en quête de belles images pour les afficher fièrement. Tâche aisée, puisque les images ou vidéos sont à récupérer via un bookmarklet (littéralement « petit marque-pages »), un bouton que l’on installe dans la barre des favoris du navigateur. Ensuite, d’un seul clic, on ajoute un média présent sur une page web à son album.

Ensuite ?

C’est beau. Et la timeline (fil d’actualité) présenté sous la forme d’une grille, donne le sentiment d’un monde haut en couleur et riche d’émotions. Quand j’étais gamin, je découpais des images dans les magazines pour les coller dans un cahier. En gros, ça intéressait ma maman et éventuellement quelques vagues cousins et tontons. Et mes albums sur Pinterest, ils sont censés intéresser qui ?  Quel message est ce que je transmets en montrant que je collectionne des visuels d’hypothétiques iphone 8 et que je sais glaner des concept-arts originaux ? C’est un peu léger non ?

Juste beau ?

Certes, Pinterest a la cote. Certes, Pinterest jouit d’une belle présentation. Certes, Pinterest est facile à utiliser. Certes, quand on est dans la com’, c’est trop hype d’adopter les nouveautés qui cartonnent. Et ensuite ? On s’emmerde. Pourquoi ?

-peut être parce que tes images de fringues, de voitures, de gâteaux et de design venant toutes de sites leaders ne me passionnent pas.

-peut être aussi parce qu’en faisant une veille pas trop mauvaise je trouverai les mêmes. Si on est censés suivre des personnes ayant les mêmes centres d’intérêt que nous mais que les images viennent de sites web, n’est ce pas le serpent qui se mord la queue ?

-peut être parce que l’image n’est tout simplement pas le média maître à l’aire du 2.0.

Un problème de langue

Et puis, arriver au bureau le matin en se félicitant d’avoir été retweeté, ça passe. Mais la version Pinterest est plus tendancieuse : « eh, je me suis fait repinner plein de fois, je suis trop heureux ! ».

Oui, parce que sur Pinterest, quand vos images plaisent et sont repartagées, elles sont repinnées.

Le réseau ne dispose pas encore d’une version française. Comment le repinnage va-t-il être traduit ?

 « repunaisement » ? « argafage en série » ? «repartage(age) » ? « recommandationnement » ?

On fait confiance aux traducteurs, si traduction il y a.

Et sinon, d’un point de vue com’ ?

C’est peut être par son « utilité » dans la communication que Pinterest a rapidement focalisé l’attention sur lui. Une image vaut mieux que mille mots et c’est là que personal branding et storytelling interviennent. Pinterest peut intervenir comme outil complémentaire dans les stratégies à 360 degrés. Une marque ou une personne peuvent raconter leur histoire et en dévoiler davantage sur leur personnalité en partageant leurs images. De type « j’aime le cinéma », « j’aime les voitures », le tout pour dire « j’ai une identité », « moi aussi je colle des images, t’as vu ! « . De là à générer connivence et empathie ? Mouais….restons prudents.

Un engouement hors du commun 

Ce qui frappe certainement le plus avec Pinterest, c’est l’engouement général. Pas un site spécialisé dans le social media n’a pas encore publié d’article dans lequel il explique ô combien Pinterest c’est le futur, c’est ze place to be pour les marques, que tu peux pas storyteller en 2012 sans Pinterest. Le problème, c’est que l’explosion date de quelques mois. En france, les early adotpers se sont inscrit entre décembre et février. On est en mars. Or, on sait très bien que pour qu’un réseau fonctionne il faut pouvoir y prendre ses petites habitudes, s’y rendre régulièrement et avoir le sentiment de faire partie d’une communauté. Prudence et patience sont les maîtres-mots.

Ici, la dame nous explique comment ajouter des photos de coiffures à Pinterest.

On se calme, il y a tout de même quelques bons côtés

-il n’y a pas que des fringues et des gâteaux, et certains albums sont vraiment intéressants

-pour une veille rapide sans écumer 50 sites, le réseau peut s’avérer efficace. Et on peut découvrir des sites sympas (pour ensuite s’y abonner et ne plus retourner sur Pinterest, gniark !)

-l’humour n’a pas tardé à s’emparer de Pinterest, et tu pourras par exemple te délecter des albums de Nicolas Sarkozy

-Pinterest est un super marque-pages. J’évoquais le problème dans l’introduction à la veille : il est parfois rageant de ne pas pouvoir retrouver un visuel qui nous a plu. Dans cette optique, Pinterest, devrait t’enlever une sacrée épine du pied.

En conclusion : 

Pour la suite, il faudra voir. Le réseau social affiche une augmentation assez incroyable de son nombre d’utilisateurs. Le potentiel est donc évidemment énorme, même si Tumblr et Flickr partagent plus ou moins des ambitions similaires. En revanche, qui peut prétendre s’en servir correctement, n’en déplaise aux experts qui ont déjà dégainé infographies, chiffres et analyses en tous genres ? Quelles possibilité offira-t-il dans les mois à venir ? Et si c’était simplement un effet « Bref », un engouement général pour un concept qui finira certainement par s’épuiser et par lasser ?

Sois curieux, inscris-toi sur Pinterest, histoire de te faire ta propre opinion. Je suis pas là pour tenir des propos diffamatoires. Il s’agit de mesurer son enthousiasme, tout simplement. Et puis tout le monde n’aimera pas pinner, encore moins se faire repinner, c’est un fait.

, Laisse un commentaire

Cultive également ton style avec notre ami Tostadora.fr

Dans le même goût :

  • Foursquare : à quoi ça sert ?20 décembre 2011 Foursquare : à quoi ça sert ? Intéressons nous aujourd'hui à Foursquare, un réseau social bien sous-estimé. [EDIT Septembre 2014] Foursquare semble ne pas avoir laissé […]
  • Klout : enlarge your (digital) penis.16 septembre 2011 Klout : enlarge your (digital) penis. Tous les internautes qui fréquentent les réseaux sociaux (au moins Twitter) ont au moins une fois entendu parler de Klout, l’outil en ligne qui […]
  • La veille sur Internet : les réseaux sociaux3 janvier 2012 La veille sur Internet : les réseaux sociaux Les flux RSS sont pratiques. Mais comme nous l’avons vu, le système peut vite s’avérer chronophage. Et comme personne n’a la science infuse, […]
  • Les URL et l’esthétique : je t’aime, moi non plus24 octobre 2011 Les URL et l’esthétique : je t’aime, moi non plus Une URL (Uniform Ressource Locator), à part indiquer l'adresse d'un site ou d'un article, c'est quand même très, très vilain. Je suis d’ailleurs […]
  • Le Hashtag : définition10 novembre 2011 Le Hashtag : définition Un jour, en voulant briller en société, j’eus subitement l’impression de venir d'une autre planète en évoquant le mot « hashtag ». Ce qui m'a fait […]