La P-Funk : bienvenue chez George Clinton

george-clinton

Si l’on remonte aux origines de la funk, on y trouve le jazz, le blues, la soul, le R’nB…mais aussi le rock psychédélique.

Oui, et au début des années 70, il était parfois difficile de distinguer les premiers morceaux de funk de certains titres de Jimmy Hendrix ou encore de Led Zeppelin.

A titre d’exemple, voici un morceau de Funkadelic :

Et un morceau de Led Zeppelin, datant de la même année :

Outre les riffs de guitare quasiment identiques, nous sommes face à des musiques qui présentent énormément de points communs : elles sont complètement black, sales, perchées, et transpirent le blues. Pourtant, si George Clinton et sa troupe premiers initieront la funk (ou plutôt une forme de Funk), Led Zeppelin ouvrira la voie du Heavy Metal. George Clinton, coiffeur de métier, est passionné de musique mais également de drogues. Il formera le groupe Funkadelic, combinaison de Funk et de Psychedelic. Le premier album, éponyme commence sur les chapeaux de roue, avec la phrase suivante :

If you will suck my soul

I will lick your funky emotions

Cette phrase résume à elle seule une bonne partie de l’esprit Funkadelic : sonorités dirty à mille lieues des cuivres de james brown ou de kool and the gang, psychédélisme omniprésent, choeurs désorganisés de 40 personnes qui laissent entrevoir le joyeux bordel qui régnait en studio, sexe, et drogue. La P-Funk était née. P-Funk pour Pure-Funk, Psychedelic Funk ou Parliament-Funkadelic, le nom que portera le groupe par la suite (pour des raisons obscures de droits et certainement de drogues, le groupe a été de s’appeler tantôt Funkadelic, tantôt Parliament, tantôt les deux. Dans cette même mouvance, on peut également citer le mythique Sly and the Family Stone et dans une certaine mesure le génial Shuggie Otis.

Si la P-Funk est connue pour son côté déluré, elle a joué un rôle prépondérant dans la lutte pour les droits des afro-américains. A la fin des années 70, entre la Funk-Jazz de Kool and the Gang, le disco et les paillettes, la musique black manque de tomber dans le bling-bling. Mais c’était sans compter sur une P-Funk au summum de sa forme, qui offre des spectacles complètement délirants à base de costumes excentriques et de conquète de l’espace, sur fond de lutte sociale. Un monde où les afro-américains vont sur la lune, avec pour seule compagnie le groove psychédélique joué par George Clinton et son Parliament-Funkadelic.

george-clinton-p-funk-live

Dans le même temps, le rap explose, les chants laissant place au flow, les groupes laissent place aux magnétos. C’est de la funk que nait le rap, et ce dernier est fier de ses origines. Le nombre de morceaux de rap basés sur des sample de funk est incalculable. Mais c’est Dr Dre qui rendra l’ultime hommage à George Clinton en créant la G-Funk (Gangsta Funk). Plus qu’un hommage, c’est une filiation. Dans la G-Funk, lignes de basses bien grasse et filets de Minimoog suraigüs cohabitent pour créer une célébration jubilatoire et funky de la vie de gangster, la thug life, et nous catapulter dans un monde où lowriders, billets et seins refaits sont monnaie courante. En découleront les indispensables The Chronic et Doggystyle, et durant les cinq années suivantes, bon nombre de talents s’exprimeront sur cette musique que rien ne semble pouvoir arrêter : Warren G et son Regulate, DJ Quik, Da Brat, The Twinz. Le sommet est atteint avec California Love, de Tupac Shakur, et ses 6 minutes de groove intense. C’est bien simple, tout les monstres sacrés de la West Coast répondent présent : Tupac, le prodige, Dr Dre, le papa de la G-Funk, Roger Troutman, le papa de la talkbox, et George Clinton, le papa de la funk.

Dans la seconde moitié des années 90, la G-Funk s’essoufle pour finir par disparaître. Beaucoup auront du mal à suivre et seuls quelques-uns survivront (Dre, Snoop..). La P-Funk, quant-à elle, n’a pas retrouvé de filiation aussi forte. Toujours au top, George Clinton continue d’enchaîner les tournées, et fait partie du cercle de ceux qui sont entrés dans la légende en étant toujours en vie. En témoigne les nombreuses allusions et même son apparition dans How I Met Your Mother…

george-clinton-how-i-met-your-mother

, 1 Commentaire

Cultive également ton style avec notre ami Tostadora.fr

Dans le même goût :

  • Roger Troutman, la légende de la Talkbox10 mai 2012 Roger Troutman, la légende de la Talkbox Tu l'as certainement remarqué, la G-Funk a la cote sur Le Toaster. Et on ne peut pas parler de G-Funk sans s'attarder sur Roger Trouman, un […]
  • La Thug Life n’est pas ce que vous croyez5 juin 2015 La Thug Life n’est pas ce que vous croyez Lettre Gothiques, comportement Badass, la Thug Life est un mème particulièrement populaire. Il faut dire que les compilations de vidéos Thug Life […]
  • Sur un air de G-Funk3 mars 2013 Sur un air de G-Funk Mis à part les grands pontes (Snoop Dogg, Warren G et bien sûr Dre), qu'en est-il des artistes G-Funk moins connus du grand public ? Focus […]
  • Warren G et Nate Dogg : le mythe Regulate18 novembre 2011 Warren G et Nate Dogg : le mythe Regulate On continue sur la G-Funk, avec un hommage à THE Monument : Regulate. Effectuons tout d'abord un retour en arrière. En 1994, la G-Funk est en […]
  • La G-Funk, la Californie à portée d’oreille19 octobre 2011 La G-Funk, la Californie à portée d’oreille La G-Funk, c'est le soleil. Illustration par deux morceaux. Le premier, Free de Deniece Williams, est un grand moment de soul comme on savait […]