Roger Troutman, la légende de la Talkbox

Tu l’as certainement remarqué, la G-Funk a la cote sur Le Toaster. Et on ne peut pas parler de G-Funk sans s’attarder sur Roger Trouman, un fou-furieux, disciple de George Clinton et émule de Stevie Wonder, guitariste, chanteur, claviériste, junkie, et célèbre pour son utilisation de la talkbox.

La Talkbox ? Oui, la « boite à parler », si l’on avance cette traduction littérale, qui, justement, ne nous mène pas bien loin. La Talkbox est une machine au concept farfelu, et avant tout un son très typique des années 80, qui donne à celui qui l’utilise une voix métallique, élastique et riche en harmonies. En voici un exemple, lors du passage de Roger Troutman chez Radio Nova en 1997.

Roger « revisite » ici le morceau qui l’a fait connaître, « I heard it through the grapevine », reprise d’un classique interprété, entre autres, par Marvin Gaye. Par ailleurs, si vous avez joué à un certain GTA Vice City, le morceau suivant devrait vous être familier.

 

La talkbox n’est pas un effet comme les autres. Il ne suffit pas de mettre la machine en marche puis de chanter. La talkbox est un boitier que l’on branche sur la sortie d’un instrument et qui contient un petit haut-parleur.

talkbox

En sort un tuyau qui conduit le son dans la bouche du musicien. Ce dernier n’a plus qu’à moduler le son avec sa bouche pour produire des paroles. Le plus souvent la talkbox est utilisée avec un clavier, mais d’autres s’en servent avec une guitare, comme ce bon vieux Slash :

La talkbox avec Roger Troutman, c’est comme le Moonwalk avec Michael Jackson : il ne l’a pas inventé, mais c’est lui qui a su le rendre impressionnant. Roger vous en met plein la tête. Allergiques aux vocodeurs et autres Autotunes, vous risquez de souffrir. Sinon, c’est que du bonheur. De « More Bounce to the Ounce » à « Computer Love » jusqu’au démentiel « California Love », le talent et l’influence de Roger ne sont plus à prouver. Dur de résister à ces rythmes mécaniques parsemés de solos endiablé

Différence avec l’autotune

Si l’autotune se rapproche de la Talkbox en terme de son, les différences sont énormes sur le plan technique. La talkbox est un instrument (ou un accessoire, cela dépend du point de vue), tandis que l’autotune est un effet logiciel. Pour la petite histoire, l’autotune a été créée pour corriger les problèmes de justesses de certains chanteurs. Certaines mauvaises langues diront également que cet effet a permis à bon nombre de chanteurs du dimanche (Passe-Partout ou Clara Morgane, au hasard) de sortir des disques. Poussé à l’extrême, l’autotune produit cet effet métallique qui font la joie de fans de….presque tout chanteur à la mode qui se respecte.

Recycle Roger

Si le bougre a été productif dans les années 70 et 80, les années 90 ont surtout sonné l’heure de son recyclage par les rappeurs, et à part des « shake it baby », Roger a perdu de sa variété. Reste une empreinte durable, aussi bien dans la G-Funk que dans l’électro ou encore la pop. Outre dans California Love, la Talkbox est également présente dans l’introduction du célebrissime « What’s My Name » de Snoop Dogg.

A noter qu’un projet rassemblant bon nombre d’artistes Français a vu le jour en 2011 afin de rendre un hommage à Roger, décédé en 1999 dans des circonstances restées floues, et que vous trouverez plus d’informations ici.

Les reprises s’éloignent parfois franchement des titres originaux, tout en conservant l’esprit de Roger pour notre plus grand bonheur.

, 2 Commentaires

Cultive également ton style avec notre ami Tostadora.fr

Dans le même goût :