Dans Bohemian Rhapsody, as-tu vu cette référence à Wayne’s World ?

waynes-world-behemian-rhapsody-biopic

La meilleure vanne du biopic Bohemian Rhapsody est probablement passé inaperçue pour beaucoup de spectateurs. Attention (mini) spoiler.

Novembre 2018. Ivre de projets personnels et d’ermitage, il ressortit avec fébrilité sa carte UGC et, s’engouffrant dans la nuit anonyme d’un automne Neuilléen, se fraya une place dans le déserté cinéma de la Porte Ketchup-Maillot.

Après un remix fort sympathique de la fanfare 20th Century Fox, suivi de quelques scènes assez classiques sur les débuts du groupe, vint le moment tant attendu des sessions d’enregistrement du cultissime Bohemian Rhapsody et de la question de sa sortie en single ou non.

La référence à Wayne’s World a lieu lors d’un échange houleux entre le groupe et un producteur d’EMI en partie fictif (Ray Foster dans le film, Roy Featherstone dans la vraie vie). La discussion est simple : le producteur refuse de le sortir en single, prétextant qu’il est trop long (6 minutes) et que les radios ne le diffuseront pas, le standard de l’époque étant de 3 minutes. Ce à quoi Freddie lui répond qu’il plaint sa femme s’il trouve que 6 minutes c’est une éternité.

Le producteur propose alors de sortir le morceau I’m In love With My Car en single, car les jeunes pourront le chanter dans leur voiture et secouer leurs cheveux. Ce qui n’arrivera jamais avec Bohemian Rhapsody.

What about I’m In Love With My Car? Well that’s the kind of song teenagers can crank up the volume in their car and bang their heads to. Bohemian Rhapsody will never be that song.

SAUF QUE

Le producteur est interprété par Mike Myers, fort transformé physiquement, mais les vrais le reconnaîtront. Si Mike Myers n’est pas l’acteur le plus en vogue ces jours-ci (notamment à cause du bide de son film Le Gourou), il est responsable de plusieurs films cultes des années 90 et 2000. On le connait surtout pour la trilogie Austin Powers, mais dans les années 80, l’acteur avait inventé et incarné l’ado attardé Wayne Campbell. D’abord dans l’émission Saturday Night Live, puis dans deux films complètement dingos bourrés d’excellentes références à la musique rock et de caméos d’exception.

Les deux films racontent l’histoire de Wayne et de son pote Garth, tous deux fans de Hard-Rock, qui animent une émission clandestine depuis la cave de leurs parents à Aurora dans la banlieue de Chicago. Le vendredi soir, après avoir diffusé leur show sur un canal clandestin, ils vont en boite et lors du trajet en voiture, ils chantent Bohemian Rhapsody à tue-tête et secouent leurs têtes comme des foufous.

La boucle est bouclée : le film Bohemian Rhapsody se paye ce pauvre producteur ma foi peu visionnaire, et rend un hommage à un film dont l’action se déroule 17 ans plus tard. Il semblerait d’ailleurs que le rôle lui ait été exclusivement dédié, en témoigne cette interview.

 

Si tu aimes Queen, sache que le guitariste Brian May avait composé la musique d’un jeu vidéo.

Des bisous avec les dents de devant,
LCS

 

, Laisse un commentaire

Cultive également ton style avec notre ami Tostadora.fr